Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Sev

Le blog de Sev

Menu

Venedig...

Quelques indices au sujet de la ville dont nous allons parler aujourd'hui :

  • Localisation : 45° 26' Nord - 12° 19' Est.
  • Altitude : 3m
  • superficie : 412 km2
  • population : 268 934 hab. (au 31/12/2006)
  • Saint patron : Saint Marc

Alors, toujours pas d'idée? Précisons donc un peu les choses :

C'est une ville italienne, située dans la plaine du Pô, au Nord-Est de l'Italie. Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, elle est célèbre pour ses canaux, sa place Saint Marc, son palais des Doges ainsi que son carnaval...

ça y est ! je vois que vous avez trouvé.
Eh oui, aujourd'hui, je vous propose un article sur la ville de Venise !

Notons tout d'abord que son nom, en italien s'écrit ainsi : Venezia. Mais les Vénitiens l'écrirons ainsi : Venezsia.

Un peu d'histoire.

Ce sont les légions romaines qui s'installent en premier sur ce petit paquet d'île, mais il faut attendre la moitié du 6e siècle de notre ère pour voir la ville sortir de terre. A la question du "pourquoi là?", les historiens vous répondrons en parlant des invasions barbares qui incitèrent la population à fuir la terre ferme pour gagner les îles de la lagune. A ses début, la ville nourrit son économie du commerce du sel que la population locale produisait et vendait aux habitant de la terre ferme voisine. Mais la population vénitienne se révéla rapidement douée pour le commerce et profita durant longtemps de sa position maritime stratégique. Ainsi, au XIVe siècle, la ville était le port le plus important de la méditerrannée. La progression des turques en méditérannée (impliquant le blocage de la route de la soie ainsi que la perte des iles grecques) puis le détournement des routes commerciales vers l'océan et le nouveau continent, provoquèrent son déclin commercial, cependant, la ville continua de rayonner grâce à son influence culturelle sur les arts, l'architecture et la littérature. En outre, la ville avait la réputation d'être la ville la plus élégante et raffinée d'Europe.

Date pivot dans l'histoire de Venise : le 12 mai 1797.
En ce jour, en effet, Napoléon Bonaparte annexe la ville. La ville perd à cette occasion une indépendance qui avait duré pendant 800 ans. L'arrivée de Napoléon est cepedant fort bien accueillie par la population pauvre puisqu'elle prive de ses privilèges les quelques familles aristrocratiques dominantes de la ville qui se partageait toutes les richesses. Par ailleurs, les juifs sont enfin libérés du ghetto et obtiennent enfin la liberté d'aller et venir à leur guise dans toute la cité. Durant le siècle qui suivit, la ville changera de mains à plusieurs reprises passant de la domination Napoléonienne à l'Empire Austrichien, avant de revenir sur la coupe du roi d'Italie - qui n'était autre que Napoléon. A la fin de l'époque Napoléonnienne, Venise redevint Autrichienne et ce jusqu'à la fin du 19e siècle. La défaite de l'Autriche à Sodowa en 1866 marqua en effet la réintégration de Venise dans le territoire Italien.

La ville aujourd'hui :

Quelques chiffres :
177 : c'est le nombre de canaux qui morcellent la ville
447 : c'est le nombre de pont qui permettent de relier les différentes parties de la ville.
118 : c'est le nombre total d'île qui composent la ville.

Des particularités uniques :
La première chose qui vient à l'esprit des gens lorsque l'on parle de Venise, c'est l'omniprésence de l'eau et l'image marquante de ses batisses qui ont littéralement les pieds dans l'eau. Mais, ce n'est qu'en se rendant sur les lieux qu'on peut prendre toute la mesure d'une autre particularité de la ville : l'absence totale de voiture dans le centre historique de la Cité. Le moyen de transport le plus courant étant le bateau. On pensera évidemment en premier lieu aux gondoles, mais l'embarcation la plus utilisée à Venise c'est le vaporetto (vaporetti, au pluriel). Sorte d'autobus maritimes, ils sont au coeur du traffic vénitien.

Voir Venise au milieu de mois de novembre...

C'est le choix que nous avons fait avec mon cher et tendre. Parce que l'expérience nous a appris qu'il est certaines chose qu'il ne faut pas trop souvent remettre au lendemain et que nous avions conscience qu'il serait difficile de nous y rendre avec un enfant en bas-âge et qu'il était difficile d'envisager attendre le printemps puisque j'aurais alors eu un gros ventre incompatible avec de la marche intensive. Il est à noter d'ailleurs, en parlant d'enfant en bas-âge, que notre petit monstre de 2 ans, bien que fervent adepte de la marche à pied, a été difficile à gérer. Il avait en effet énormément de mal à comprendre les raisons qui nous poussaient à exiger de lui qu'il reste à proximité ou, mieux qu'il nous donne la main. L'absence de voiture signifiait pour lui absence de danger et il ne comprenait évidemment pas nos craintes de le voir tomber dans un canal ou, simplement de le perdre de vue dans l'une des indénombrables rues de la ville qui ont la particularité d'être aussi étroites que labyrinthiques.

Le point positif de notre expédition automnale c'est que le soleil était au rendez-vous. Nous avons donc pu profiter de la ville à notre gré. Arrivés en fin d'après midi le vendredi, nous avons commencé à découvrir la ville dans son costume de nuit dès le soir même. Le lendemain, nous avons déambulé dans ses rues tortueuses en comptant principalement sur notre sens de l'orientation... Ce qui fut tout à la fois une bonne et une mauvaise idée. Car, de fait, si la méthode nous a permit de découvrir des points de vues, des ruelles et des boutiques qu'un plan de route précis nous aurait dissimulé, nos errances hasardeuses nous ont paru pénibles au moment où nous avons voulu cesser notre vagabondage pour rejoindre le Pont du Rialto.

Après un retour à l'hôtel pour une pause sieste, nous sommes repartis en ville pour une nouvelle session de photo nocturnes. Equipé du trépied, mon cher et tendre s'en est donné à coeur joie tout au long de la soirée, photographiant jusqu'à en épuiser la batterie de son appareil photo les différents édifices de la Sérenissime. Ce soir là, nous avons dîné dans un restaurant situé sur la rive du grand canal, non loin du pont du Rialto. Puis nous sommes rentrés à l'hôtel en plaignant nos pieds, nos molets et nos cuisses que nous avions mis à rude épreuve. Le soir, en nous endormissant, nous avons alors pris la décision de rentrer à la maison dès le lendemain, conscients que nos muscles n'en supporteraient pas davantages et désireux de prendre un peu de repos avant de reprendre notre vie quotidienne.

Les scandales :

Le pont des soupirs : c'est l'un des sites touristiques les plus appréciés des visiteurs de Venise et il faisait bien évidemment partie des joyaux vénitiens que nous ne voulions surtout pas manquer. Nous espérions pouvoir l'admirer et le photographier à l'envi. Mais voilà, il avait été choisit pour se retrouver au coeur d'une campagne publicitaire pour une voiture. Et c'est encadré de panneau recouvert d'un immense ciel bleu et de nuages bien blancs que nous l'avons découvert.

Un paquebot sur le grand canal : Ce n'est plus un mystère pour personne, la ville est menacée par celà même qui la rend célèbre : l'eau. Les crues de plus en plus hautes et menaçantes et l'usure des batiments dont les fondations baignent littéralement dans l'eau rendent l'avenir de la ville incertain. Et ce joyaux d'architecture est de plus en plus fragile, et ce malgré les nombreux efforts qui sont fait en vue de la sauver. Et pourtant, il arrive encore que des paquebots parcourent le grand canal. Alors certes, ils sont tractés par des remorqueurs et ses immenses hélices sont à l'arrêt.. mais est-il réellement raisonnable de laisser de tels monstres remuer des tonnes d'eau à proximité d'une ville déjà tellement fragile? Personnellement, j'en doute.

Les photos :

Avec nos deux appareil, en environ 48 heures nous avons réussi à prendre environ 600 clichés.. Toutes les photos ne sont pas exploitable, ce qui implique qu'il va falloir faire du tri, mais certaines arrivent à bien sortir du lot.


'en mettrais bientôt en ligne. En attendant, je vous invite à profiter d'un petit aperçu en cliquant ici