Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Sev

Le blog de Sev

Menu

[Tourisme] Amsterdam - avant les photos.

Avant de découvrir les quelques photos que j'ai réalisé lors de notre escapade pédestre dans le quartier qui se situe entre le Rijksmuseum et le marché aux fleurs, je vous invite à faire plus ample connaissance avec la ville d'Amsterdam.

 

J'ai rédigé l'article qui suit à partir des informations dénichées dans différents articles du Wikipedia (en français ou en anglais), ainsi que du texte introductif du livre "Amsterdam et curiosité à proximité de la ville".

 

Quelques informations démographiques.

 

Amsterdam est la capitale des Pays-Bas
Sa superficie est de 219,07 km2.
Elle abrite 780 152 habitants (les Amstellodamois).
Soit une densité de population de 3561 habitants au km2.

Son histoire, en bref.

Naissance et premier essor !
La fondation de la ville remonte au XIIIe siècle, lorsque d'humbles pêcheurs en quête de terres plus sûres et fertiles, décidèrent de construire un village au pied d'une digue que le comte de Hollande - Florent v - avait fait construire. Peu de temps après, ce même seigneur décida d'accorder aux habitants d'Amstelledamme (littéralement : Digue sur l'Amstel) l'exemption du paiement de l'octroi et les droits pour exercer librement le commerce. Mettant à profit cet avantage, le village prospéra jusqu'à abtenir au tout début du 14e siècle, le statut de bourg. Place commerciale de premier ordre, grâce à ses activités portuaires et maritimes, la ville traitait alors principalement avec les villes hanséatiques (i.e. des villes marchandes de l'Europe du Nord situées autour de la mer du Nord et de la mer Baltique) sans hésiter toutefois à descendre plus au sud, vers le Portugal où ils se fournissaient en sel ou encore à naviguer plus à l'est, traversant alors la mer baltique à la recherche de bois.
Leur audace ne fut pas le seul ingrédient de leur réussite cependant. Leur imagination leur fut également bien profitable. En témoigne l'astucieux sytème de conservation de hareng qui fut imaginé par un certain Beukels et qui eut un réel impact sur l'économie du pays. On n'oubliera pas de mentionner également le "miracle d'Amsterdam" qui eut lieu en 1345, transforma la ville en un haut lieu de pèlerinage et ajouta encore à sa popularité. Les incendies de 1421 et de 1452 ne découragèrent pas les Amstellodamois qui savaient faire preuve d'un grand courage face à l'adversité. Ainsi, en 1551, la ville comptait 30 000 habitants.

L'âge d'or.
Au cours du XVIe siècle, c'est grâce à ses choix politiques que la ville (à l'instar du reste du pays) assura sa prospérité. Ainsi, lorsque la guerre d'indépendance contre l'espagne éclata, la ville n'hésita pas à rompre ses alliances et changer de camp. A contre courant du mode de pensée qui régnait alors de le reste de l'Europe, la ville assurait alors la liberté religieuse. Cette situation attira de nombreux réfugiés, parmi lesquels se trouvaient de riches familles juives, des intellectuels (hommes de science ou philosophes) ou encore des artisans (les diamantaires d'Anvers, notamment).
En 1579, un traité de paix est signé à Utrecht, la situation politique se stabilise et Amsterdam retourne avec enthousiasme à ses activités commerciales. Tandis que ses très nombreux navires naviguent sur toutes les mers du globe, on fonde de nombreuses institutions financières ainsi que deux puissantes sociétés commerciales, véritables prémices de nos multinationales actuelles.
Sous le pavillon de la VOC (la compagnie des Indes Orientales) plus de 150 voiliers escortés par quarantes bateaux de guerre et défendus par une armée de 10 000 hommes sillonnaient les océans. On envoya Henry Hudson dans le nouveau monde à la recherche d'une route pour la Chine. Son entreprise fut un échec. En revanche, il explora la grande baie qui porte aujourd'hui son nom et découvrit l'île de Manhattan où il jeta les bases de la fondation d'une ville, la Nouvelle Amsterdam, qui devint plus tard ... New York.
La ville s'aggrandit, s'étoffa de nouveaux canaux et de nouveux quartier, et entra dans l'une des période les plus riches de son histoire : Le Siècle d'Or. Tel Rembrandt et Vermeer, de nombreux artistes décidèrent de s'installer à Amsterdam. Les sciences appliquées y connurent également un grand essor.

Le déclin.
A la fin du 18e siècle, les hollandais firent le choix d'aider les américains dans leur rébellions contre les anglais. Et ces derniers ne tardèrent pas à le leur faire payer. en 1784, après 4 ans de guerre, les néerlandais sont en effet contraints de céder de nombreuses concession coloniales dans les Indes néerlandaises. Cette défaite sera en grande partie à l'origine de la rebellion des patriotes bataves qui tenteront, au cours des années suivantes, de renverser Guillaume V. Il leur faudra cependant attendre l'hiver 1794-1795 et l'intervention de la France pour voir leur voeu se réaliser. C'est en effet à cette époque que les troupes françaises, sous le commandement du général Pichegru, parviennent à pousser Guillaume V à la fuite et à prendre le contrôle de l'ensemble des ex-Provinces-Unies. Les patriotes bataves proclament la République en espérant une réunion à égalité avec la France. Le Traité de la Haye, signé le 16 mai 1795, leur impose cependant de lourdes conditions (compensations financières, territoriales, entretien des 25 000 soldats français sur le territoire, alliance offensive et defensive). La Batavie devient alors la première des républiques sœurs de la France. En théorie indépendante, elle était en réalité sous tutelle française. Ce statut ne dure cependant pas longtemps, puisqu'en 1806, Napoléon transforme cette république en Royaume de Hollande avant de carrément annexer le territoire en 1810. Mais ce fut un règne éphémère, en 1813, le déclin de l'empereur entraina celui de Louis Bonaparte qui dut quitter le trône des Pays-Bas sur lequel fut restauré la maison d'Orange avec Guillaume 1er.

Une renaissance difficile.
C'est à partir de ce moment là que le pays, s'appuyant sur la révolution industrielle, su retrouver un nouveau souffle. Amsterdam changea alors à nouveau d'aspect ; assainissant ses ghettos, gagnant pied à pied du terrain sur la mer. C'est à cette époque que l'on créa de nouvelles liaisons entre les canaux et la mer et qu'un canal fut percé jusqu'au Rhin afin de faciliter les communication avec l'Europe mais aussi avec le reste du monde. Néanmoins, Amsterdam ne parvint jamais à recouvrer sa suprématie de jadis. Optant pour la neutralité au cours de la première guerre mondiale, le pays parvint à s'éviter bien des souffrance, sans parvenir toutefois à s'épargner une grave crise économique et industrielle.
Dans l'entre deux guerre, on enregistra de nombreux succès dans la lutte contre l'invasion de la mer : de nouvelles terres furent arrachées à la mer du Nord et le Zuiderzee fut transformé en un immense lac grâce à la construction d'une digue longue de 30 km.
En 1940, la fureur hitlérienne atteignit la ville. Comme dans le reste du pays, Arthur Seyss-Inquart, tente de promouvoir l'idéologie nazie, en vain. Et les raffles visant à déporter les juifs provoquent de nombreuses grèves. Les protestation des dockers d'Amsterdam furent malheureusement insuffisantes et pendant les années d'occupation la communauté juive fut presque réduite à néant. La Résistance néerlandaise fut lente à se mettre en place, fournit cependant un soutien essentiel aux Forces Alliées à partir de 1944. Le 5 mai 1945, ce sont les troupes canadiennes qui libérèrent la ville d'Amsterdam.

A ce moment là, la Hollande n'est plus une grande puissance mis un petit état avec un avenir à construire, qui pourtant possédait une grande qualité : la tolérance. En autorisant - entre autres choses - l'utilisation des drogues douces, Amsterdam devint l'une des villes les plus libérles du monde. ce qui en fit la ville de prédilection pour la génération hippie. Mais les émeutes et les affrontement avec la police furent nombreux. L'accession au trône de la reine Beatrix en 1980 fut notamment marqué par un soulèvement violent des protestataires et des squatters socialistes qui profitent de l'occasion pour protester contre de mauvaises conditions de logement aux Pays-Bas et contre la monarchie en général.

Au cours des années suivantes, l'administration publique s'est employée à améliorer la ville et ses conditions de vie. C'est ainsi que de grands projets ont vu le jour, modifiant l'aspect d'Amsterdam sans toutefois la défigurer. L'aéroport de Schiphol, amélioré en 1993, accueille un trafic toujours plus important. Des gratte-ciels audacieux ont été érigés dans le sud est et ouest de la ville, tandis que la partie méridionnale du port est devenue l'un des quartiers résidentiels les plus élégants de la ville grâce à la transformation d'anciens ensembles industriels. Encore de nos jours, Amsterdam reste en constante évolution ; de nombreuses restructurations sont en cours et les projets sont nombreux.



L'économie Amstellodamoise.
(source : wikipedia - article en français)

"Amsterdam est la cinquième ville d'affaires d'Europe après Londres, Francfort, Paris et Bruxelles. Beaucoup de grandes entreprises et banques néerlandaises y ont leur siège social. Le nouveau quartier d'affaires Zuidas (Axe du Sud) qui est encore en construction forme le projet de développement urbain le plus ambitieux.
Jadis grand port de mer pour partir vers les Indes orientales ou occidentales, Amsterdam a vu ses entrepôts gorgés de marchandises coloniales se transformer en monuments historiques. Les tableaux accrochés dans les demeures de riches marchands ont rejoint les musées. Menacé par le voisinage du port géant de Rotterdam, Amsterdam a réagi en modernisant ses vétustes installations d'ancien port colonial. Relié à la mer du Nord par un canal coupé d'écluses, il se trouve à un niveau inférieur de deux mètres aux grandes marées.

Le tourisme est l'un des piliers de l'économie amstellodamoise. Selon l'Office du Tourisme et des Congrès d'Amsterdam, la capitale néerlandaise reçoit chaque année plus de 11 millions de visiteurs dont les dépenses s'élèvent à 5 milliards d'euro et créent ou maintiennent 48 000 emplois.

Amsterdam est également une destination très prisée pour la tenue de congrès internationaux et réunions d'affaires. En 2009, les hôtels et centres de congrès de a ville ont accueilli, selon le Bureau des Congrès d'Amsterdam, 515 réunions internationales de plus de 40 participants et d'une durée minimale de deux jours."


Les transports :


Dans le centre ville, la circulation routière est fortement découragée. Les accès aux parkings sont chers tandis que de nombreuses rues sont interdites aux voitures ou à sens unique. En compensation, le réseau de transport en commun est très développé (bus, métro, tramways, ferrys, taxis) aussi bien sur terre que sur le réseau de canaux. Enfin, Amsterdam est une des villes les plus accueillantes pour les cyclistes ; ce que les touristes ne manqueront pas de remarquer tant le nombre de vélo y est important. En 2006, on comptait en effet environ 465000 vélo à Amsterdam. Le vol de bicyclette y est malheureusement courant et les systèmes d'antivol sont multiples allant de l'énorme chaine cadenassée au découragement pur et simple par l'utilisation de vélo "pourris".

Amsterdam, ville culturelle.


La ville n'a pas oublié qu'elle fut, pendant près d'un siècle, le siège de la culture européenne.
Tandis que des musées conservent la mémoire des arts néerlandais (Rijksmuseum, Van Gogh museum notamment), les théatres, les cabarets, les halls musicaux, les galeries d'art, et les nombreux festivals continuent de proclamer la tolérance caractéristique des Pays-Bas en proposant au publique d'aller à la rencontres de tous les genres et de tous les styles, passés, contemporains ou avangardistes.

 

Merci de votre visite et de votre intérêt pour cet article.

@ Bientôt !